1914


Paul Déroulède

Jacques Bainville, L'Action française, 1914.

Entre tous les nobles dons que possédait Paul Déroulède, il en était un de la plus grande rareté et qui n’a pas cessé d’agir après la venue de la mort. La générosité qui émanait de sa personne était telle qu’elle permettait de mesurer exac­tement le degré de la muflerie chez autrui.

Texte choisi et publié par Florent Descourtils, le 23/11/2021 -

Mistral

Jacques Bainville, L'Action française, 1914.

Les honneurs officiels que Mistral a reçus au soir de sa vie et qui ont afflué à sa mort, ne doivent pas nous faire illusion. Jusqu’au moment où sa gloire eut atteint un tel rayonnement qu’il eût paru mesquin et qu’il eût été maladroit de l’ignorer, les pouvoirs constitués ont fait de leur mieux pour ne pas la reconnaître.

Texte choisi et publié par Florent Descourtils, le 06/09/2021 -

L’Angleterre et la papauté

Jacques Bainville, L'Action française, 1914.

Le XXᵉ Siècle, le journal belge bien connu qui paraît provisoirement au Havre, où il a suivi le gouvernement du roi Albert, a publié une nouvelle que nous avons reproduite hier.

Texte choisi et publié par Florent Descourtils, le 05/09/2021 -

Le Roi George V et la Reine Marie

Jacques Bainville, L'Action française, 1914.

La souplesse et la faculté d’adaptation de la monarchie héréditaire s’attestent d’une manière vraiment frappante par le cas du roi d’Angleterre qui sera cette semaine l’hôte de Paris.

Texte choisi et publié par Florent Descourtils, le 05/09/2021 -

L’Angleterre depuis dix ans

Jacques Bainville, L'Action française, 1914.

On a rappelé ces jours‑ci de divers côtés que l’Entente cordiale avait dix ans d’existence et le voyage à Paris du roi George V, accompagné de sir Edward Grey, commémorera cet anniversaire.

Texte choisi et publié par Florent Descourtils, le 05/09/2021 -

Après les fêtes

Jacques Bainville, L'Action française, 1914.

Au siècle dernier, comme on menaçait l’Autriche d’une pression franco‑anglaise, le prince de Metternich répondit avec dédain : « Je ne crains pas l’alliance des deux administrations libérales. » C’est exactement ce que Guillaume II pourrait dire aujourd’hui.

Texte choisi et publié par Florent Descourtils, le 05/09/2021 -