« Jacques Bainville, un Cassandre si actuel »

Soumis par Jacques Bainville le jeu 07/10/2021 - 15:00

Nous sommes en 1919. L’encre du traité de Versailles est à peine sèche. Un livre intitulé Les Conséquences politiques de la paix déplore ses faiblesses dans une formule qui restera célèbre : « Une paix trop dure pour ce qu’elle a de doux ; trop douce pour ce qu’elle a de dur. » L’ouvrage annonce – sa lecture cent après plus tard laisse pantois – tous les événements qui émailleront dans les années 1930 la montée à la guerre : avènement du nazisme, Anschluss, dépeçage de la Tchécoslovaquie, pacte germano-soviétique, agression de la Pologne, alors même qu’Adolf Hitler n’est encore qu’un caporal blessé et démobilisé et un peintre raté. Notre prophète subit les sarcasmes et les quolibets des républicains et des pacifistes. On l’accuse de vouloir une guerre qu’il ne fait qu’annoncer. Il est vrai que notre journaliste est un membre éminent de l’Action française, ami de Charles Maurras et de Léon Daudet. Tout le monde l’ignore encore, mais Jacques Bainville vient de gagner son titre mérité de Cassandre du XX siècle. Le général de Gaulle le lit et en fera sa référence suprême sur « la question allemande ». Notre admiration posthume l’aurait laissé de marbre : il ne faisait qu’appliquer des « lois tirées de l’Histoire ». Bainville est un émule du grand Taine et de ses principes fondamentaux : observation expérimentale du réel et description des faits. Il s’oppose à l’idéalisme et au sentimentalisme des progressistes hérités de Rousseau. Il est le contraire d’un idéologue.

Eric Zemmour  extrait Le Figaro, 21 avril 2021
https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/jacques-bainville-un-cassandre-si-actuel-20210421

Auteur de l'article
Année de publication
Rubrique principale